Accueil / BTP / Béton / Les fissures du béton se referment!

Les fissures du béton se referment!

Il y a déjà de cela 3 ans les chercheurs Néerlandais de l’Université de Delft, Henk Jonkers et Eric Schlangen, testaient pour la première fois à l’extérieur leur invention: un béton auto-réparant.

 

Les maudites fissures

Pourquoi les fissure sont-elles si mal-aimées en béton armé?

Il y a plusieurs réponses à cette question mais toutes nous ramènent à ‘infiltration d’eau à l’intérieur de notre matériau. C’est cette eau qui va causer énormément de désordres, elle va pourvoir aller corroder les aciers et ainsi les faire gonfler et exploser le béton proche.
C’est pour cette raison que le béton fissuré (fissures supérieures à 0,2mm) lors des dimensionnements est souvent négligé, cela sous-entend qu’il est considéré comme n’ayant aucune résistance (ce qui n’est pas parfaitement vrai) pour éviter d’éventuels désordres futurs et respecter la garantie décennale.
Ces fissures coûtent donc assez chères en aciers supplémentaires nécessaires et qui permettent de les réduire et de s’assurer de la bonne tenue de la structure et voilà pourquoi de nombreuses équipes de recherches essaient de trouver un nouveau béton qui ne fissure pas.

 

La solution néerlandaise

Plusieurs solutions sont envisageables pour résoudre ce problème et les chercheurs de Delft ont choisi de laisser les fissure se former mais en conférant au béton la capacité de les reboucher par la suite grâce à une bactérie inoffensive productrice de calcaire (genre Bacillus).
Cette bactérie, ainsi que les nutriments nécessaires à son développement, sont incorporés dans la matrice du béton pour améliorer la capacité cicatrisante du mortier, en effet en présence d’eau ces bactéries vont synthétiser du calcaire qui fera office de bouchon dans la fissure et finira par la reboucher.
Les bactéries possèdent dans le béton tous les composants nécessaires à leur développement excepté un, l’eau, c’est donc pour cela que l’infiltration d’eau va les sortir de leur état de dormance et qu’elles vont commencer à produire le calcaire et à se reproduire.
Les chercheurs ont donc réussi, en laboratoire, grâce à ce procédé à reboucher près de 80% du volume des fissures présentes et des fissures allant jusqu’à 0,5mm de largeur soit 2 à 3 fois plus large que le minimum fixés par les normes de dimensionnement.
C’est donc une découverte spectaculaire qui pourraient révolutionner le domaine de la conception des structures et de la construction en général mais il y a un revers à cette médaille: le coût! En effet l’ajout de ces petites bactéries augmente de 50% le prix du béton. Pour autant les chercheurs relativisent en montrant du doigt les économies futures sur l’entretien des fissures (qui se reboucheront seules) et le fait que le béton ne représente en général que 1 à 2% du prix de la construction donc l’impact serait très faible voire bénéfique sur la somme total.

 

Voilà donc trois ans déjà que sociétés et chercheurs confirment les résultats de cette recherche et nous attendons avec impatience de pouvoir utiliser ce béton vivant et auto-cicatrisant!

Regardez aussi !

Le Contrôle Qualité des Maquettes ‘BIM’ à l’aide de ‘Solibri’, solution proposée par Allplan

Quand on pense à Solibri, on imagine un petit oiseau, le colibri, forcément. On ne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *